BRONNER (Georges).

De la rade d'Hyères à l'Esterel.

Guide géonautique. Initiation aux paysages et à la géologie.

29 x 21 cm de 64 pp., cartonné toile,115 aquarelles, 1 carte dépliante.

Cet ouvrage prend le prétexte d'une lente navigation le long des paysages littoraux entre la rade d'Hyères et le massif de l'Esterel, pour en faire découvrir l'étonnante histoire géologique. Le regard du navigateur se porte naturellement sur la côte pour se repérer, y chercher abri, s'en éloigner, se faire peur ou se rassurer. Il s'adresse aux quelques 480.000 « sédentaires ambulants, aventuriers inconscients, aux fouineurs, pêcheurs, plongeurs et autres solitaires à moteur, à voile ou à la nage » qui fréquentent chaque année ce littoral méditerranéen.

Notre prix : 23.00 €
MARTY (François).

Entre mailles et filets,

savoir-faire des pêcheurs du Var.

1 volume 21 x 27 cm de 96 pages, 150 photos et dessins, relié toile. Illustrations de Bernadette MARTY.

Un ouvrage précis et richement illustré sur les techniques des pêcheurs varois et sur la faune aquatique du littoral méditerranéen. Cet ouvrage est le fruit d'une étude menée auprès des professionnels de la pêche du département du Var, et destinée à l'information des jeunes pêcheurs et de tous les usagers de la mer. Il est abondamment illustré de photographies, de relevés faits d'après nature des différentes espèces vivant en Méditérannée, et de matériels de pêches peu connus, voire très rares. Il dévoile ainsi toutes les techniques, y compris celles qui n'existent plus que dans les mémoires, d'un métier dont les valeurs sont l'autodiscipline, l'éthique et le respect. Une partie de l'étude à été réalisée dans le Parc national de Port-Cros, dont la vocation est de préserver la biodiversité sous-marine tout en favorisant l'exploitation économe des ressources maritimes. François Marty, patron-pêcheur et ethnographe autodidacte, est membre de l'ETAN. Il a réalisé plusieurs études en France et en Afrique, pour le compte d'institutions et d'universités, concernant la gestion et la gouvernance des pêcheurs professionnels et dressé l'inventaire des techniques de pêche

Notre prix : 23.00 €
GAVOT (Jean).

Le Beausset.

Histoire et histoires d'une commune rurale de Provence.

14,5 x 21 cm, 280 pp., broché.

Voici l'Histoire et histoires d'une commune rurale de Provence qui fut jusqu'à la Révolution inféodée aux Evêques de Marseille. De 1793 à 1795, Le Beausset devient le siège du Directoire du District : Bonaparte vint y rejoindre le Général Carteaux pour y préparer la libération du port de Toulon, livré aux anglais et aux espagnols. La période de la Révolution, très fertile en violences dans cette commune (la plus jacobine du district), est largement développée dans cet ouvrage, ainsi que l'évocation des traditions et coutumes, dont certaines attirent bon nombre de visiteurs encore aujourd'hui, et des biographies de personnages illustres.

Notre prix : 25.00 €
DUREUIL (Bernard).

Le Castellet.

Mémoires d'un village perché.

1 volume in-8 de 310 pages, broché.

Dès l'âge du néandertal, les hommes avaient compris que pour survivre en milieu hostile, le moyen le plus sûr était d'occuper les sommets, là où les aigles font leur nid. Ils y pouvaient monter la garde, voir le danger s'approcher, et bientôt donner l'alarme à l'aide d'un nuage de fumée. Les sites qu'ils avaient choisis furent successivement occupés par les Celtes, les Ligures, les Grecs, les Romains et par tous ceux qui vinrent, à leur suite, s'établir sur nos côtes. Quand au IX° siècle de notre ère, les menaces devinrent permanentes, ils durent construire des remparts afin de se mettre à l'abri. C'était le temps où les Sarrasins multipliaient leurs incursions sur le littoral de Provence, pour y faire du butin et s'emparer des malheureux habitants isolés dont ils allaient tirer rançon. Au XII° et XIII° siècles, on ne pouvait sans risque faire flotter une planche sur la Méditerranée et, en 1668, ce furent encore 74 captifs provençaux que les Pères Trinitaires, dont c'était la mission, allèrent racheter en Algérie. Les villages perchés de Provence sont donc nés du besoin pour nos aïeux de se tenir constamment sur le qui-vive dans la crainte des Maures, des voisins belliqueux et jaloux, des bêtes sauvages en quête de proie et des épidémies, celle de la «peste puisqu'il faut l'appeler par son nom». Le Castellet, ancien castrum, ancré sur son piton, à quelques lieues du rivage, occupait alors une position stratégique de choix, entre Marseille et Toulon, face à la Cadière d'Azur. De nos jours, il ne domine plus que le paisible terroir du vin de Bandol, que goûtait fort le roi Louis XV. Mais si, depuis trente ans, il a regagné en notoriété, c'est peut être aussi qu'il le doit au fameux circuit automobile, créé sur son sol, par Paul Ricard. Cette histoire de leur village est dédiée à tous ceux qui, au cours des siècles, ont habité le Castellet. S'ils ont connu bien sûr des épreuves, St Clair, leur saint patron, les a aidés à les supporter, et s'ils ont dansé la farandole au son des tambourins, c'est qu'ils avaient déjà beaucoup travaillé à l'ombre de leur campanile. Aujourd'hui, le village perché, restauré avec soin par ses amoureux, a retrouvé son cachet d'antan, et c'est pourquoi, en toutes saisons, les visiteurs, chaque année plus nombreux, montent pacifiquement à l'assaut de ses remparts.

Notre prix : 25.00 €
GALFRE (Charles)

Le matricule 5005 est mort au bagne.

Mourre le Pacifique.

15 x 21 cm, 168 p., broché, illustrations.

On l'appelait « le Pacifique », et il l'était. A 27 ans, Marius-Désiré Mourre partageait la vie des paysans de Provence. En 1848, la Seconde République avait aboli l'esclavage, accordé le droit de vote aux plus humbles, rétabli le dialogue social, faisant naître une grande espérance. Tout cela disparu trois ans plus tard à l'aube d'un 2 décembre, et les hommes tranquilles comme Mourre refusèrent l'inacceptable : les libertés effacées, le renoncement aux valeurs de toujours. Ils s'engagèrent dans une lutte inégale, ouvrant la voie que devaient suivre les Résistants des années 1940-1944. A Cuers, Marius Mourre était devenu le chef de ceux qui se sacrifiaient pour un idéal non monnayable. Le bourg le paiera très cher : 191 cuersois connaîtront la justice expéditive des commissions mixtes ; la mort d'un gendarme servira de prétexte à un procès préfabriqué pour 11 cuersois : verdict, deux peines de mort (Marius Mourre et Basile Jacquon) commuées en travaux forcés à perpétuité. Devenu le matricule 5005, le Pacifique décéda à Cayenne.

Notre prix : 15.00 €
JAHANDIEZ (Emile).

Les îles d'Hyères.

Histoire, description, géologie, flore, faune.

15 x 22 cm, 447 p., relié. Réimpression de l'édition de Toulon, 1929.

Merveilleux livre sur ces Iles d'Or encore un peu préservées de la sauvagerie des vandales destructeurs de notre belle Côte d'Azur. Ouvrage qui devrait crier un vibrant « Halte là ! » à tous les responsables du patrimoine français. Ainsi revivent depuis l'antiquité, merveilleusement et abondamment illustrées l'Ile du Levant, Port-Cros, Porquerolles et Bagaud avec la presqu'île de Giens qui était avant l'occupation romaine une des Iles d'Or. Des vestiges et des monnaies attestent l'importance de l'île de Giens dès la haute antiquité. Devenue presqu'île, elle fut donnée en 1284 par Charles Ier, Comté de Provence, à son médecin Raymond d'Ortolan. Elevée en marquisat au XVIIe siècle, elle resta propriété des Pontevès jusqu'à la Révolution. Dès le début du Christianisme, l'île du Levant devint retraite pour des Anachorètes. Au VIe siècle, des moines de Lérins y fondèrent un couvent avec Théodore qui devint évêque de Fréjus. Elle fut alors prospère et florissante. Les Maures y ont érigé au Xe siècle le Château de Castelas, nid d'aigle sur son rocher escarpé. Au XIXe siècle, elle devint repaire des corsaires, puis pénitencier, et au Xxe siècle propriété de l'Etat pour le compte de l'amirauté et vit fleurir un camp de nudistes. Porquerolles avec sa promenade des Mèdes, la forteresse Alicastre élevée par Richelieu ; l'histoire du fort de la Lycastre et la légende du chevalier. Port-Cros avec ses euphorbes, son vieux château et le fort de l'Estissac, construit en étoile au XVIIe siècle. Bagaud, dite l'île de la Révolte, habitée en 1926 par trois personnes ! L'important traité de la flore et de la faune des Iles d'Or laisse rêver les espèces par centaines

Notre prix : 45.00 €
TERLIZZI (Andrée).

Les Pays du Var.

27 x 21 cm, 104 pages, aquarelles, reliée

Des petites communes nichées au pied de la Sainte-Baume aux villages perchés sur les collines du Tanneron, le Var se décline en une mosaïque de paysages où se conjuguent formes et couleurs.Les maisons de villages qui s'enroulent autour des collines, les bastides auréolées de vignes, le jaune chaud des plages, les criques cachées dans les rochers, les vallées intérieures, les grands massifs forestiers vous invitent à la balade. Vous apprécierez alors les pourpres des vignes en automne, le vert dense des forêts, les vert argenté des oliveraies, l'or des fleurs des mimosas, les rouges profonds des porphyres de l'Esterel, l'azur de la mer, et cette luminosité exceptionnelle du Sud. Toutes ces couleurs vibrent sur ces terres chargées d'histoire et de culture.La découverte est partout, au détour des chemins.

Notre prix : 23.00 €
FARRERE (Claude).

Les Petites Alliées.

dans les vieux quartiers de Toulon.

14 x 21 cm, 320 p., broché. Réimpression de l'édition de Paris, 1910.

Que faire quand on est officier sans grande solde, loin de ses racines familiales, que l'on est terriblement jeune et que le mariage ne peut se concevoir sans l'aliénation d'une liberté à peine découverte Que faire, sinon rechercher la compagnie de jeunes et jolies femmes, peu farouches mais fidèles Elles sont bien des alliées contre l'ennui mortel des longues escales, des attentes d'embarquement et de départ. Et si cette alliance traite par dessus la jambe certaines moralités, c'est que lui, comme elle, n'a pas le choix : c'est la demi-mondaine ou le cuirassé d'escadre.C'est à Toulon que ce roman se déroule. C'est Toulon que l'on retrouve, avec sa ville et son port étonnamment présents. Mais c'est aussi une véritable poésie que l'on découvre, dans des pages délicieusement libertines.

Notre prix : 20.00 €
POUPE (E.) & MIREUR (F.).

Petite histoire de Draguignan.

15 x 22 cm, 109 p., relié. Réimpression de l'édition de Draguignan, 1911. 14 planches h.t.

Cette histoire de Draguignan, illustrée de photos de la ville vieille et moderne, est une monographie condensée, à la fois historique, administrative, judiciaire, culturelle, religieuse, sociale et économique. « Capitale signalée » écrivait au XVIème siècle François de Bouliers à propos de Draguignan, tandis que Nostradamus la disait « une très belle ville de Provence ». Elle fut ville comtale et ville royale avec François Ier et reçut en ses murs souverains, papes, poètes, hommes politiques, religieux et scientifiques. Les auteurs, en une suite de chapitres clairs et émaillés d'anecdotes amusantes, traitent de ses origines, de son organisation municipale, judiciaire, de son musée, de son instruction publique, l'ancien collège à un seul maître, et de ses cultures, l'huile d'olive avec les moulins à sang, c'est-à-dire à moteur animal, puis les moulins à eau dès le XVIème, la vigne

Notre prix : 19.00 €
MONGIN (Laurent).

Toulon.

Sa rade, son port, son arsenal, son ancien bagne.

15 x 22 cm, 294 p., relié. Réimpression de l'édition de Toulon, 1904.

En reconnaissance de ces travaux sur Toulon, Frédéric Mistral adressa à Mongin un poème où il chantait la « Descente du Rhône » par une chaîne de forçats. Ces vers terminent le chapitre sur l'affreux bagne de Toulon avec quelques visages de bagnards : Petit, le récidiviste des évasions ; Gravier et Faune dont l'évasion réussit. Telo Martius, une ville qui a toujours séduit, bien avant que sa rade ceinturée de colline, incrustée de travaux d'art de Puget et de Vauban, ne devienne une base de choix pour la guerre maritime. Dès l'Antiquité, cette côte appelée « la Provence dans la Provence » avait été un bourg maritime de commerce et un site d'élection pour les riches villas patriciennes de Rome. Eternellement convoitée, elle fut maintes fois occupée. Il est aussi question dans cet ouvrage de toute la côte entre le rocher de la Mître et l'anse de Magaud, site célèbre où les gens viennent se délasser en cuisant la Foucade !

Notre prix : 23.00 €
CIRAVEGNA (Nicole).

Une nuit de Gaspard de Besse.

14,5 x 22 cm, 210 p., broché.

Gaspard était un jeune et joyeux brigand qui tenait forteresse dans les Gorges d'Ollioules, sur la route de Marseille à Toulon. Le courage, la passion, le panache et la joie de vivre des héros, la splendeur de ce site provençal et une action menée au rythme des chevaux, captivent le lecteur tout au long de cet ouvrage.

Notre prix : 15.00 €