MARTIN-ROLAND (Michel) & ECHINARD (Pierre).

L'Esprit Gymnase.

Bicentenaire du théâtre 1804-2004.

25 x 32 cm, 192 pp., broché, 250 illustrations.

Pour des milliers de passionnés, l'esprit du Gymnase soufflera toujours, alliant la grandeur du théâtre impérial aux élans des romantiques du XIXème siècle, puis les grandes heures du théâtre de tournées s'ajoutant aux créations contemporaines, avec les rythmes du music hall et des variétés, traversant les époques. Les auteurs font revivre deux siècles de la vie culturelle du théâtre-phare de la cité phocéenne, mêlant analyses, anecdotes, témoignages exclusifs et innombrables documents d'illustration. Amis du spectacle, découvrez l'immense aventure humaine qui s'est concentrée sur cette scène, vouée, conformément au voeu de Jouvet, à l'éternité de la création et du supplément d'âme que procure à chacun la fréquentation du théâtre.

Notre prix : 15.00 €
CIRAVEGNA Nicole

L'ILE BLANCHE

1 volume 15.5 x 23 cm de 280 pages, illustré, broché

Au large d’un grand port, sur une île éblouie de calcaire et de soleil, Nicolas Perrault, qu’un navire militaire a ramené, mourant, de la tuerie de Crimée, remonte lentement à la vie. Au travers de son agonie, puis de sa résurrection, passent les voix et les figures contrastées de ses copains soldats, de Guillaume, l’infirmier jovial et chaleureux, de la douce et fragile Marie la Mouette, de Catherine enfin, la fille au coquelicot, à laquelle il s’attachera peut-être… Dans l’hôpital Caroline, la grande rumeur de la mer et du vent orchestre autour de Nicolas un ballet, d’ombres d’abord, puis de créatures de plus en plus réelles et colorées qui le ramèneront dans la ronde, revigoré, une nouvelle joie au cœur… « L’île Blanche », une belle histoire où, dans une lumière méditerranéenne, la jeunesse, la fraternité et l’amour triompheront de la souffrance et de la mort.

Notre prix : 22.00 €
le jour du safran Richard CARTA

Le Jour du Safran

le 2 vendémiaire an II à Marseille

1 volume 16 x 24 cm de 400 pages, broché
Préface de Christian Jacq. Couverture de Guy Paul Chauder


Marseille 1793 au fort Saint Jean, le Duc d’Orléans attend d’être jugé. Il est encore le Grand Maitre du Grand Orient de France, et cache dans sa mémoire le secret de la découverte d’un alchimiste de génie dont il a financé les recherches. Son infortune l’amène à croiser le destin d’Edouard Morel, un maître savonnier aussi matois qu’entreprenant.   Marseille est toujours la porte de l’orient. La révolution n’empêche pas les négociants de maintenir leur trafic maritime avec les échelles d’Acre, Jaffa ou la Morée… La ville est menacée d’une systématique destruction, mais elle arbore toujours son quartier du Panier qui grouille de comploteurs ou de pêcheurs insaisissables, ses moulins et ses commères, sa place Canebière, et son Cours où de lugubres cérémonies voudraient remplacer les antiques processions et les rendez-vous galants. La ville change de visage, tout en gardant son identité. Ici on parle toutes les langues sauf le français ; ici une porte de la cité qui donne sur la plage de la Joliette s’appelle encore la porte de France. Mais à Marseille, est-on en France ? La révolution fait ses ravages avec les suspects, les déserteurs, les accapareurs et les policiers véreux. Les palais, l’or et les belles femmes changent de main, le nouveau régime interdit tout mais rien n’est impossible aux initiés. Parmi les marseillais, on trouve pourtant des mères de famille, des maris aimants, des enfants qui jouent et …des idéalistes. Morel et son fils Baptiste sont de ceux-là, chacun à sa manière. Le sort veut que Baptiste, ce dandy qui a eu 20 ans en 1789, émigre à Londres avec, dans sa poche, le secret du Duc d’Orléans.   Londres est une cité du passé avec ses rues bondées et fétides, cette Tamise qui traine ses méandres sur la vase comme au milieu d’une foire médiévale qui n’en finit plus. Londres est aussi un refuge et l’espoir. Les émigrés français déferlent avec leurs perruques poudrées et leur cuisine sophistiquée. Londres est le berceau d’un nouvel ordre, d’un nouvel empire où le soleil ne se coucherait pas. Ce monde, a été rêvé par des héros comme Thomas Dunkerley, ce bâtard qui deviendra Grand Maitre de l’Arche Royale d’Angleterre et Lord du royaume. Il a tiré du canon dans toutes les mers du globe et ne sait même plus pourquoi. Mais il reste fidèle à sa devise : par le mérite pas par la naissance. Le jeune Français, fuyant la folie révolutionnaire ne pense qu’au plaisir, et le vieil officier de la Navy, qui par devoir doit prendre soin de lui, vont se rencontrer pour faire un ultime voyage dans le temps, celui de la mémoire de Thomas. La désinvolture du jeune et l’abnégation de l’ancien vont créer une alchimie bien plus puissante que celle du diagramme secret du Duc d’Orléans. Cette alchimie est-elle celle de la victoire contre la cupidité, celle d’une destinée hors du commun, ou la découverte de soi ?   Ce roman historique écrit au présent est dédié à tous ceux qui croient que chacun d’entre nous, malgré la folie des époques, peut tracer la ligne sa propre destinée.

Notre prix : 22.00 €
AGOSTINI (Julie) & FORNO (Yannick).

Les écrivains et Marseille.

13 x 21 cm, 384 p., broché

Ce livre dévoile la rencontre entre une ville et ses amoureux, ses touristes, ses détracteurs et parfois de simples passants. Cette anthologie permet un voyage imaginaire dans la littérature: d'Hérodote à Cicéron, de Pétrarque à Mme de Sévigné, de Casanova à Stendhal, d'Hugo à Flaubert, de Giono à Albert Camus... jusqu'aux derniers polars et prix Goncourt.

Notre prix : 20.00 €
ZOLA (Emile).

Les mystères de Marseille.

15 x 21 cm, 362 p., broché. Réimpression de l'édition de Marseille, 1867.

Zola disait de son livre : "les mystères de Marseille sont un roman historique contemporain, en ce sens que j'ai pris dans la vie réelle tous les faits qu'ils contiennent j'ai rassemblé en une seule histoire vingt histoires de source et de nature différente, j'ai donné à des personnages les traits de plusieurs individus." Une chronique historique et judiciaire, reflet de vie sociale phocéenne à travers la plume d'un grand écrivain français. Un roman de ses débuts qui contient en germe tout Zola.

Notre prix : 20.00 €
LONDRES (Albert).

Marseille Porte du Sud.

Le regard passionné d'un grand reporter. Préface d'Henri Amouroux.

150 x 180 mm, 180 p.,broché

Les Editions Jeanne Laffitte proposent une réédition illustrée du célèbre texte du grand reporter, illustré d'image d'archives montrant les lieux et les hommes qu'il décrit. Marseille : de cette ville « selon son coeur », d'où il s'était si souvent embarqué, il conte les lieux et les gens, avec lyrisme, passion et humour. Il chante le port, « l'un des plus beaux du bord des eaux », d'où l'on part pour des pays qui font rêver ; la place de la Joliette, cette foire aux dockers, et jusqu'au phare du Planier C'est le bon côté de la « ville promise » où vit et passe la foule la plus bigarrée du monde.

Notre prix : 17.00 €
SUARES André

Marsiho.

Bois gravés de Louis Jou.

1 volume 18.5 x 24 cm de 176 pages, illustré de bois, lettrines, culs de lampe et de 6 planches en couleurs, broché

André SUARES est né à Marseille en 1868. Auteur dramatique, historien, musicologue, critique,  essayiste, poète et surtout moraliste, il fut l’un des plus importants écrivains français du XXe siècle. André Suarès fut l’un des piliers intellectuels, avec Gide, Valéry et Claudel, de la Nouvelle Revue Française. A son image, fier, dur, intransigeant, sans complaisance vis à vis des petits esprits et des petites entreprises, il convoque Marseille à sa vraie dimension, celle d’une métropole dominatrice et rayonnante, et il enrage de la voir dénaturée par des ambitions limitées et des entreprises étriquées qui servent si mal cette aspiration. Louis JOU naît en Espagne en 1881. Ce Catalan qui avait adopté notre pays (naturalisé en 1927) fut un créateur de livres dont l’influence, au terme d’une carrière exemplaire de plus d’un demi-siècle, a été l’une des plus déterminantes dans l’évolution du livre contemporain. Parmi les plus grands typographes du siècle, la place de Louis Jou est exceptionnelle. « Amour » provoque en 1917 la rencontre de Suarès avec Louis Jou, qui illustre luxueusement le livre, et une amitié fidèle que constate une correspondance de 300 lettres, très libres et décontractées. Dans sa charmante maison des Baux-de-Provence, où Suarès fera de fréquents séjours, Louis Jou lui gravera le monogramme AS surmonté  d’un hibou.  

Notre prix : 29.00 €
GAILLARD (Lucien).

Victor Gelu

poète du peuple marseillais.

16 x 23 cm, 120 p., broché. 13 illustrations.

« Frérie véridiqued'Agrippa d'Aubigné » (Marcelle Drutel), autant que de Victor Hugo des « Châtiments », précurseur de Zola et des « gueux » de Richepin, Gelu, nous dit Mistral, qui pourtant ne l'aimait guère, est « un mâle de la race, un poète véritablement populaire qui a su resserrer en chanson, en vers concis, nerveux et colorés, l'antique gronderie, la brutalité sauvage, les emportements fous, les misères, les cris, les plaintes, les rancunes, les menaces farouches, les transports brusques de cette foule vigoureuse et fanfaronne qui travaille, maugrée, braille ou gesticule sur les ports de Marseille ». Lucien Gaillard a reçu des mains de la petite fille du poète toutes ses archives. Lisant et relisant les feuillets jaunis, il a vu s'esquisser et s'affirmer une personnalité hors du commun, une voix dont même ses détracteurs ont été obligés de reconnaître le mérite et la valeur. Un livre d'une étonnante densité où la passion et l'admiration n'enlèvent rien à la rigueur scientifique et au sens critique.

Notre prix : 12.00 €
MOUTON (Eugène) dit Mérinos

Voyages et aventures de Marius Cou ...

capitaine du trois-mâts 'la Bonne Mère', du port de Marseille.

15 x 22,5 cm, 310 p., relié. Illustrations. Réimpression de l'édition de Paris, 1890.

Cet ouvrage narre les homériques pérégrinations maritimes et terrestres d'un marseillais de légende, sorte de demi-dieu « à qui ni mort, ni tempêtes, ni monstres ni mitrailles » ne fit jamais seulement baisser la paupière, ce qui ne l'empêche pas de rester « petit enfant jusqu'à son dernier jour » devant Notre-Dame de la Garde, sainte patronne de sa terrible embarcation.

Notre prix : 18.00 €