MEDAM (Alain.)

Blues Marseille.

15 x 23 cm, 218 p., broché.

« Ville fracassante » disait Cendrars de Marseille. Et pourtant si secrète Alain Medam, sociologue, directeur de recherche au CNRS tente ce pari : la prendre en flagrant quotidien, selon ses heures, ses rues, ses rythmes. Mais la saisir sur une année entière, en suivant les affaires qui la marquent, l'enthousiasment ou la blessent, la découragent ou la stimulent. Et la connaître aussi, Marseille, dans son histoire et sa durée, avec ses temps de gloire ou de crise, d'ouverture aux ailleurs ou de repli sur soi. Car cette ville vit la contradiction : au nord du Sud mais au sud du Nord ; donnant sur le large mais ancrée sur la terre ; préoccupée d'affaires toutes matérielles, mais habitée par des légendes, des mythes, des figures d'exception. Alain Medam croise son regard, ici, avec d'autres découvreurs de Marseille qui, tantôt s'exprimèrent par des mots, tantôt par des images, des musiques, des créations plastiques. Cendrars ou Giono, Pagnol ou Londres, mais aussi Cavalcanti ou Carpita, Monticelli ou Léo Ferré ont ouvert chaque fois, chacun à leur façon, l'une des portes dominant sur la vérité de la ville.

Notre prix : 16.00 €
BELMONTE (Lydie).

La Petite Arménie.

Histoire de la communauté arménienne à Marseille à travers le boulevard des Grands Pins à Saint Loup. Préface de Charles Aznavour

1 volume 16,5 x 24 cm de 224 pages, nombreuses photos, broché

Ce voyage dans le temps commence par une rétrospective historique, afin de montrer la constitution des principales institutions arméniennes avant l'exode. Puis, comment elles se sont reconstituées en France, à Marseille et plus particulièrement au boulevard des Grands Pins à Saint-Loup en 1924. Nous suivrons l'évolution de cet espace communautaire arménien dans la société française et nous soulignerons les conséquences de cette influence sur l'identité arménienne, en particulier à Marseille à l'heure de la reconnaissance par la France du Génocide. « On sait peu de choses de la nation Arménienne en général et des Arméniens en particulier, peu de choses ( On sait peu de choses de ce peuple qui, au début du siècle, en Turquie, a connu un génocide d'au moins un million cinq cent mille victimes ! () On sait peu de choses car ces apatrides, comme on les appelait, se sont fondus sans faire de vagues dans la masse du pays d'accueil, travaillant sans relâche () On sait peu de choses, et moi-même, en lisant Lydie Belmonte, j'ai appris beaucoup plus sur nous-mêmes que je n'en avais su jusqu'ici. Cet ouvrage restera pour moi un livre de référence. On sait peu de choses, mais si vous êtes curieux, vous découvrirez ce peuple du Caucase qui n'a pas encore eu la chance de trouver la Paix, et auquel il faudra encore beaucoup de persévérance, d'espoir et de courage pour ne pas disparaître, comme ont disparu d'autres grandes civilisations. On sait peu de choses, mais si vous voulez savoir, je vous engage à lire ce livre qui ne vous dira pas où va la nation Arménienne mais qui dit si bien d'où elle vient. » Charles Aznavour

Notre prix : 23.00 €
BLHARD (pascal) & BOETSCH (Gilles).

Marseille, Porte Sud (1905-2005),

un siècle d'histoire coloniale et d'immigration.

relié, 24 x 30.5 cm à l'italienne, 240 pp., illustrations couleurs.

Marseille, ville du Sud et villes des sud... Marseille, les Bouches-du-Rhône et toute la région Provence-Alpes-Côte d'Azur sont liées depuis des siècles à ces voyageurs et commerçants qui ont construit le destin de la cité phocéenne dans la Méditerranée. A partir du début du XXe siècle, cette présence est marquée par l'arrivée, sur ses quais, d'hommes et de femmes venus des quatre coins du monde : de l'Extrême-Orient, du Maghreb, du Levant, des Caraïbes et d'Afrique noire... Dans le regard des Marseillais, cette présence oscille en permanence entre désir et invasion, entre fascination et exclusion. Toutes les identités se croisent, toutes les contradictions prennent forme, tous les rêves s'annoncent dans cette "capitale de l'Empire colonial" qui va être le relais entre la métropole et les outre-mers pendant plusieurs décennies. C'est par centaine de milliers qu'ils arrivent pour travailler ou combattre, s'installer en tant que réfugiés, rapatriés ou militants, s'intégrer ou fonder un foyer, faire étape avant de partir pour les AmériquesC'est un siècle d'histoire, aux mille et une facettes, que l'on découvre et auquel invite ce livre. A travers les centaines d'images exceptionnelles rassemblées ici, on a le sentiment que Marseille a été, et reste, cette ville ouverte sur les cultures du monde : une "ville cosmopolite" sans équivalent en Europe. Cet "album de famille" est aussi un voyage dans la mémoire d'une ville où s'est écrit une page essentielle de l'histoire de France

Notre prix : 45.00 €